Extra – ordinaire / My unpopular opinions

(sortir des sentiers battus)

En décembre dernier, Victoria partageait sur son blog Mango & Salt (dont la réputation n’est plus à faire) ses goûts bizarres, et invitait ses lecteurs à en faire de même. Le concept est très simple : il s’agit de lister les petites choses qui nous définissent tout en nous plaçant à contre-courant vis-à-vis de l’opinion générale (ex: un goût prononcé pour quelque chose qui suscite généralement une aversion, ou vice-versa).

J’ai été sensible au concept de l’article, ayant souvent l’impression d’être moi-même considérée comme une originale. Je me suis donc introspectée,  pour définir mes propres unpopular opinions. Ce fût un exercice enrichissant : j’ai d’abord découvert que les idées qui me venaient spontanément à l’esprit n’étaient pas si nombreuses que ça. J’ai donc tendance à me croire moi-même plus « bizarre » que je ne le suis. Ensuite, j’ai repéré qu’un grand nombre de mes excentricités concernent la nourriture. Il y a donc plus de chances que l’on me pense extra-ordinaire (et pourquoi pas ?) si l’on partage un repas avec moi ! Voyez par vous-mêmes…

• Je ne vois pas quel est le souci avec la pizza à l’ananas.
Voilà, c’est dit. Je lance un pavé dans la mare, j’en ai bien conscience. Mais à vrai dire, il existe tellement de sortes de pizzas différentes (n’allez pas me faire croire qu’il n’y en a pas vraiment, vraiment, vraiment pour tous les goûts !) que je ne comprends pas pourquoi cette pizza-ci en particulier devrait déchaîner plus de passions qu’une autre ? On aime, tant mieux ; on n’aime pas, on passe, non ?

• J’apprécie vraiment les glaces aux saveurs peu conventionnelles.
Un de mes glaciers préférés, à Lyon, est d’ailleurs le Terre Adélice du Vieux Lyon, chez qui j’ai notamment déjà opté pour une boule fromage blanc de chèvre accompagnée d’une miel (le mélange chèvre + miel n’est pas moins plaisant aux papilles sous forme de glace, je vous assure), ou encore une boule potimarron châtaigne accompagnée d’une châtaigne / marrons confits.
(Je viens de voir sur leur site qu’ils proposent une glace saveur oignon confit, il faudra que je teste ça un jour !)

• Je fais partie des personnes qui, lorsque cela s’y prête, décomposent les mets en couches.
Par exemple, je mange les lasagnes, les mille-feuilles et même les tartes couches par couches, le plus souvent (ce qui donne pour les tartes : d’abord la garniture, ensuite la pâte). Alors oui, j’ai bien conscience que ce faisant je ne respecte pas le travail du cuisinier / pâtissier qui a élaboré la recette de façon à proposer un mélange de textures et de saveurs. Mais je respecte mon instinct qui me dit d’aller goûter si chaque couche se suffit à elle-même, si la béchamel n’a pas une texture trop pâteuse lorsqu’on la mange à part, si la pâte est bonne même sans garniture pour l’agrémenter, etc.

Je pourrais également disserter sur le fait que :

  • je préfère certains fromages, tels que le comté, dégustés en fines lamelles plutôt qu’en tranches épaisses (vous pouvez me croire sur paroles, le goût est vraiment différent !),
  • j’ai un besoin quasi vital de lécher les opercules des yaourts, compotes et autres aliments présentés en pots que j’ouvre (si j’ouvre un petit-suisse pour mon fils, je vais en lécher le papier.)
  • j’ai une maniaquerie excessive en ce qui concerne le « raclage » de ces mêmes pots de yaourts, compotes etc. ; je racle avec une précision hors du commun, puis je savoure intérieurement d’avoir perdu le minimum de produit (#weirdo!)
  • je ne comprends pas ceux qui se débarrassent du « petit lait » dans un yaourt… Je le bois, j’en aime le goût. Et je ne trouve pas cela plus bizarre de le verser proprement dans sa cuillère pour l’ingurgiter que de s’en délester dans son assiette.
  • je mange les plats à la température à laquelle ils se présentent à moi. Ça ne me dérange pas de manger froid (un plat qui se mange habituellement chaud) lors de ma pause déj, ni d’avoir un laitage à température ambiante car il a passé quatre bonnes heures hors du frigo.

• Je passe l’aspirateur dans la salle de bain avant de prendre ma douche (ou, en l’absence d’aspirateur à proximité immédiate, j’époussette le sol avec mes petites mains).
Oui, oui, je suis de ces gens-là. Ceux qui passent d’ailleurs beaucoup l’aspirateur chez eux tout court. J’ai été élevée ainsi : l’aspirateur, c’était plusieurs fois par jour, et notamment autour de, sur, et sous la table après chaque repas (nous n’avions pas d’aspire-miettes ni d’aspirateur à main, alors oui, nous aspirions la table directement avec l’aspirateur traineau. Je dois faire partie de la seule famille au monde qui ne trouve pas ça étrange.).

• Le spoil ne me dérange pas.
Pire, j’aime le spoil. Je recherche le spoil. Je réclame le spoil.
S’il te plait, dis-moi la fin tout de suite, que je puisse regarder ce film sereinement sans angoisse, ni stress, ni suspense !
Je pars du principe que si le film est bon, je prendrais plaisir à le visionner de toute manière, de la même façon qu’on peut aimer revoir un film que l’on a apprécié et dont on connaît déjà la fin !

• Je peux lire tout un livre en diagonale, si la lecture n’est pas vraiment passionnante.
Je n’aime pas particulièrement ça, mais force est de constater que bien souvent, dans les romans « faciles » (ceux mis en tête de gondole juste avant l’été), on comprend complètement l’intrigue en ne lisant que 5% du texte narratif + 95% des dialogues. Essayez par vous-mêmes, vous serez surpris, vous verrez !

• Le brouhaha ne me dérange pas, dès lors que je n’ai pas besoin de me concentrer.
Je fais facilement abstraction du chien qui jappe sans cesse à mes côtés, des enfants qui jouent bruyamment, etc. Contrairement à d’autres personnes qui vont vite saturer, avoir les nerfs en pelotes ou développer une migraine, je pense que mon cerveau analyse ces bruits comme étant des bruits de fonds s’ajoutant au niveau sonore de base, et les occulte, tout simplement.

• Je n’ai pas de routine beauté, j’utilise très peu de produits cosmétiques, et je suis particulièrement exaspérée lorsque j’entends ou que je lis que quelque chose est indispensable.
Je ne suis pas pour autant contre l’utilisation de cosmétiques, mais je ne me sers de soins ciblés que si j’en ai vraiment le besoin. Vous apprendrez donc (avec stupéfaction ?) que depuis des mois, je n’utilise que trois produits : un gel douche, un shampoing solide, un soin ciblé anti-vergetures dans le cadre de la grossesse. Pas de nettoyant visage, pas d’eau florale, pas de sérum, pas de crème de jour, pas de contour-de-l’œil, pas de démaquillant (car pas de maquillage), pas de crème de nuit, pas de gommage ni d’hydratant corporel. Je me sens très bien comme ça. Je ne vais pas mentir, il y a bien des produits qui me font de l’œil de temps à autre, que je me vois bien intégrer à une hypothétique future routine, mais pour l’instant, en l’absence de besoin, j’ai fait table rase sur les étagères de ma salle de bain. Je ne crois pas connaître qui que ce soit qui utiliserait aussi peu de produits que moi…

• Les interrupteurs « à l’envers » me perturbent.
Je m’explique : dans ma conception (peut-être étriquée) du monde, pour allumer une ampoule, on doit basculer un interrupteur du haut vers le bas ↓ et non l’inverse. J’ai donc un problème avec :
1) les interrupteurs montés à l’envers (il y en a un chez moi, je crois que je ne trouverai vraiment la paix que lorsqu’il sera remis d’aplomb)
2) les pièces qui possèdent deux interrupteurs pour contrôler la même ampoule : très rapidement, si l’on n’y prête pas attention, on va éclairer la pièce à l’aide d’un interrupteur, puis utiliser l’autre pour éteindre, et par ce biais tout dérégler (misère !).
Rassurez-moi s’il vous plait, je ne suis pas la seule à souffrir de ce genre de petits tocs maniaques ?

• Je n’aime pas les parfums « classiques », à savoir, ceux vendus en parfumerie type Sephora, Nocibé ou autres.
Tout a commencé quand je me suis lancée, il y a environ trois ans, à la recherche de mon parfum. J’entrais dans la vie active, j’avais pour la première fois de ma vie un salaire, et je me suis dit : « Bon, prends le temps, va en parfumerie, trouve la fragrance qui te plait, qui te colle à la peau, qui te définit, et fais-toi plaisir ! ». Jusqu’alors, je portais les parfums que l’on m’offrait, à partir du moment où ils ne me rebutaient pas, et c’est tout.
La quête de mon parfum m’a amenée à découvrir des sites tels que auparfum.com et surtout nose.fr. J’ai découvert qu’un parfum se caractérisait par des notes de tête, de cœur et de fond, j’ai complété des questionnaires et testé des parfums pour créer mon portrait olfactif, j’ai découvert la parfumerie de niche, et depuis j’ai sombré du côté obscur.
La parfumerie de niche est extrêmement chère (je n’ai d’ailleurs à ce jour pas encore pu m’offrir LE parfum coup de cœur qui m’a littéralement envoûtée, optant pour un second choix un peu plus abordable), mais laissez-moi vous dire que c’est aussi un monde complétement différent de la parfumerie classique. Exit donc pour moi les parfums qui n’ont pas un sillage de plusieurs heures, ceux dont il faut se vaporiser trois fois dans la journée, avec cinq coups de pschiit à chaque fois, exit ceux que tout le monde porte, ou qui ressemblent à xxx ou yyy. Lorsque l’on me demande ce que je porte, les réactions ne sont plus « ah oui, je connais, je l’aime bien », ni « je l’ai eu en échantillon, il est pas mal », ni « c’est celui de ma mère / ma sœur / ma cousine », mais plutôt « … ? Je connais pas. ». De la même manière, ne me demandez pas ce que je pense de la nouvelle eau de parfum Miss Dior, parce que je ne pourrais que vous répondre que j’aime beaucoup Natalie Portman. (Je ne prétends pas être devenue une experte en parfumerie de niche, ne me demandez donc pas non plus ce que je pense du dernier Stora Skuggan, car je n’en sais rien ! En revanche, ça m’intéresse déjà un peu plus que le Miss Dior 😉)

Et vous, partagez-vous certaines de ces « bizarreries » avec moi ?
Avez-vous partagé vous aussi vos « unpopular opinions »?


A découvrir également

4 commentaires à propos de “Extra – ordinaire / My unpopular opinions

  1. J’adore les fruits mais je déteste la salade de fruits parce que tout les goûts sont mélangés… J’aime les tartines au beurre, à la confiture mais pas les deux ensemble 😷. Je ne regarde quasiment pas la tv même dans la chambre d’hôpital où t’as rien à faire je ne l’allume pas. Je déteste le bruit et suis capable de rester dans le silence pendant des heures. Je n’écoute donc presque pas de musique ou la radio, à l’exception dune émission de radio matinale en allant au boulot et des morceaux bien choisis sur YouTube pour me mettre la pêche.

    1. Hello Jessica 🙂
      Ça me fait plaisir de te voir ici !
      J’aime bien ta liste d’excentricités, merci de la partager !
      La TV et moi, ce n’est pas non plus le grand amour !!! Pour tout te dire, je ne me sers de la TV quasi que comme un écran pour regarder des séries ou des films ; la dernière fois que j’ai voulu me mettre devant un film, il m’a fallu, au bas mot, un quart d’heure pour trouver comment mettre l’engin en route (hdmi 1, hdmi 2 etc… Mais qu’est ce que c’est que tout ça ? Moi, je suis restée bloquée au temps où il suffisait d’un bouton sur une télécommande !). Et je n’ai jamais demandé à avoir la télé dans une chambre d’hôpital 😉

  2. Moi j’aime bien la pizza à l’ananas, souvenir d’un voyage aux Etats Unis de quand j’étais petite. Mais je pense que culinairement, on peut bien faire ce qu’on veut, mettre de la crème dans les carbo, du fromage sur le gratin dauphinois et tremper sa tartine de camembert dans le café.
    Je ne connaissais pas les parfums de niche, bon comme ça a l’air cher, je vais me contenter de dire que le mélange parfum traditionnel et odeur corporelle suffira à laisser dans mon sillage quelque chose d’unique 😉

    1. On est bien d’accord, chacun fait ce qu’il veut dans son assiette, tant que ça lui fait plaisir ! Les goûts, les couleurs, tout ça 😉 Les recettes sont faites pour être retravaillées, déstructurées, revisitées (je me croirais à Top Chef, là tout de suite !!).
      Les parfums de niche, il y en a pour tous les prix, suivant la niche… Celui que je me suis acheté, je dirais que c’est une demi-niche, dans la mesure où il est vendu en ligne chez Sephora (introuvable en magasins par contre, à moins peut-être celui des Champs Elysées). J’ai donc pu profiter d’une de leur fameuse promo à -25%. Pour le suivant, je me constitue une petite cagnotte par contre, pour me faire un beau cadeau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.