Et si on s’offrait des fleurs ?

Depuis quelques jours, j’ai à la maison un bouquet de fleurs fraîches qui fait sa vie entre la table et l’îlot. Un bouquet qui se fane doucement, se dégarnit peu à peu, mais qui me ravit à chaque fois que je pose les yeux dessus. Un bouquet qui, bientôt, ne sera plus, mais qui sera tôt ou tard remplacé, car j’ai pris une « grande décision » : celle d’avoir régulièrement des fleurs à la maison.

J’aime les fleurs depuis longtemps, cependant depuis plus de dix ans que j’ai un « chez moi » qui m’est propre, je n’ai fleuri mes quartiers que deux fois seulement (je ne compte pas la fois où j’ai mis trois branches d’eucalyptus dans un vase). Je n’ai jusqu’à maintenant que très rarement franchi le pas d’aller chez le fleuriste pour en ressortir avec un bouquet pour moi. Je sais que mon cas n’est pas isolé, je sais aussi qu’il peut paraître étrange de s’offrir à soi-même des fleurs, en atteste l’expression étonnée de ma fleuriste lorsque j’ai répondu à sa question « Il est destiné à qui ce bouquet ? ». Et pourtant, ma « grande décision » est prise, et voici les raisons qui me poussent à penser que nous devrions tous nous offrir des fleurs plus souvent.

  • Il n’y a pas besoin de « bonne occasion »

Il existe des occasions « rêvées » (et commerciales) d’offrir des fleurs, la dernière en date étant la Saint Valentin et la prochaine la fête des grands-mères ; des fleurs s’offrent généralement aux anniversaires, pour les naissances, les baptêmes, etc., on en fait parvenir aux personnes convalescentes, aux familles endeuillées, et lorsque l’on est invité, on aime présenter à ceux qui nous reçoivent un bouquet ou un ballotin de chocolat.

Il semble donc qu’il faille « une occasion » pour (s’) acheter ou recevoir des fleurs. Les fleuristes demandent d’ailleurs régulièrement la raison de l’achat pour orienter leur travail de composition.

Toutefois, si l’on réfléchit au nombre de choses que tout le monde s’achète sans occasion particulière, on se demande pourquoi les fleurs devraient être un produit qui fasse figure d’exception !

  • Les fleurs ne s’offrent pas nécessairement à autrui / ne se reçoivent pas nécessairement de la part d’autrui

Il est grand temps de tordre le coup à cette idée !

Oui, ma fleuriste a eu l’air étonné que je m’achète un bouquet (il va falloir qu’elle s’habitue !).
Oui, la cliente qui attendait patiemment derrière moi a eu l’air amusé et a glissé un « On n’est jamais mieux servi que par soi-même », mais
⇒ NON ! Ce n’est pas triste de s’acheter des fleurs.
Déjà, il faut dédramatiser un tout petit peu : je ne suis pas en train de m’acheter ma propre bague de fiançailles non plus. En juin je cueillerais peut-être des fleurs sauvages dans un champ au cours d’une promenade, je fleurirais ainsi ma maison et personne ne trouvera cela étrange. On est au mois de février, les champs sont boueux, il n’y a pas de fleurs sauvages, je vais donc chez le fleuriste. La démarche reste la même.
⇒ NON ! Ça ne veut pas dire non plus que je n’ai personne pour m’en offrir.
Simplement, de la même manière que je ne compte pas sur mon chéri pour remplacer chacune de mes bouteilles de parfum vides, je n’estime pas que ce soit à lui de m’offrir des fleurs à chaque fois que j’en ai envie.

  • Je me fais du bien

En décidant qu’il n’y a pas besoin d’occasion particulière pour recevoir des fleurs, on accepte alors que chaque jour est une bonne occasion, c’est-à-dire que chaque jour, nous méritons (au moins un peu !) de recevoir des fleurs.

En se rappelant que l’on n’a pas besoin de quelqu’un à gâter ni de quelqu’un qui nous gâte, on accepte alors l’idée de se gâter soi-même.

Accepter de faire soi-même quelque chose pour soi car chaque jour, nous le méritons, c’est un message fort de bienveillance et d’amour envers soi.
A l’heure où l’on nous serine chaque jour l’importance de s’accepter, de s’aimer tel que l’on est, d’être bienveillant envers soi-même, de se pardonner, etc., il n’est pas interdit de penser que de trouver un moyen tout simple de se faire du bien, c’est peut-être un premier pas vers le bonheur, non ?


A découvrir également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.