À la naissance de mon premier enfant, il y a de cela un peu plus de deux ans, j’ai été la première à crier au scandale, la première à dénoncer une omerta : on ne m’avait jamais dit que ce serait si dur, si prenant, on ne m’avait jamais dit que je vivrais une vraie tempête. À partir de ce moment-là, pour chaque amie / collègue / cousine /etc. qui m’apprenait qu’elle allait devenir maman, je me faisais un devoir d’être une lanceuse d’alerte. Sans vouloir effrayer personne, je tenais tout de même à témoigner de ma vision de la maternité : […]